Passionnée de mode depuis toujours, formée au marketing et longtemps inspirée par la pub, ce n’est que ces dernières années que j’ai réellement pris conscience de l’effet pervers de la surconsommation.

Acheter – porter – détruire

Un cycle que je croyais fun ; la mode, c’est fait pour s’amuser, pour changer, pour s’exprimer. Soldes, promos, 3 pour 2, black Friday, tout est là pour vous faire envie, vous inciter à varier les looks, à acheter ce 15ème petit top, parce qu’il est justement dans le jaune moutarde du moment…. Tout ça, souvent à petits prix… Le prix d’achat peut-être….

Mais quel prix pour la planète ? Ça, le marketing ne m’en parlait pas, la pub non plus. Des personnalités comme Ellen MacArthur dévoilent des chiffres qui font peur : 10% des gaz à effet de serre proviennent de l’industrie de la mode (plus d’émissions que l’aviation privée et commerciale !). 3 articles sur 5 sont jetés dans l’année qui suit son achat. Consommation d’eau hallucinante pour produire un t-shirt en coton, micro-fibres de plastique rejeté dans les cours d’eau à chaque lavage de vêtements synthétique…. La liste est encore longue …

Perso, j’ai bien réduit mes achats de vêtements ; j’ai encore une grande marge d’amélioration (en allant voir les friperies par exemple) et j’avoue que parfois, j’ai les yeux qui trainent dans les vitrines lors des soldes.

Alors, je réfléchis : ai-je vraiment besoin de ce vêtement ? Ok, il est bon marché, mais combien va-t-il durer ? Je continue ma tendance vers le cycle :

Choisir – protéger – recycler.

Comme pour l’alimentation, le zéro faute est impossible. Mais on peut toutes commencer à faire mieux, à prendre conscience …. Moins d’achats, moins de synthétique, du coton bio si possible, des matières durables, de production locale …. Des petits pas pour un long chemin qui en vaut la peine !